Lutte contre le trafic d’espèce protégée / 8 trafiquants majeurs arrêtés avec 3000kg d’écailles de pangolins !

 Ce mercredi 26 juillet 2017 marque la fin d’une longue activité illégale pour 8 trafiquants d’écailles de pangolins. Mis aux arrêts par l’UCT, Unité de lutte contre la Criminalité Transnationale organisée, ces individus appartenant à un réseau organisé opéraient dans le trafic illicite d’espèces intégralement protégées.

La synergie d’action née les autorités ivoiriennes et le Projet EAGLE-Côte d’Ivoire produit des résultats des plus probants dans la lutte contre le trafic international d’espèces protégées. Et le gros coup de filet que viennent d’effectuer les éléments de l’UCT n’est pas fait pour déplaire aux autorités ivoiriennes. En effet, des unités de l’UCT se sont dépêchées sur les lieux de la transaction sis à Cocody deux plateaux. Arrivées, ils découvrent sur place des individus au nombre de huit en flagrant délit de détention, de circulation et de vente illicite d’écailles de pangolins, ce mammifère préhistorique est l’animal le plus trafiqué au monde. Les trafiquants avaient en leur possession près de trois impressionnantes tonnes d’écailles de Pangolins venant de nos forêts ivoiriennes mais également d’autres pays d’Afrique de l’Ouest, notamment de la Guinée Conakry et du Liberia. D’après le Réseau Eagle, c’est plus de 4000 pangolins qui ont été tuées pour pouvoir réunir ses 3000 kg.  Ces trafiquants, bien connectés à l’international et travaillant en connexion avec des Asiatiques, seul marché pour les écailles de pangolins, utilisaient des méthodes sophistiquées pour traverser les frontières internationales avec de grandes quantités de contrebande.

Pour le Capitaine de l’UCT, l’homme qui a piloté les opérations, les trafiquants s’apprêtaient à vendre les dites saisies lorsque ses hommes sont arrivés à temps pour mettre le grappin sur ces criminels. D’après les experts de cette espèce protégée, les trois tonnes d’écailles de pangolins saisis ont une valeur marchande estimée plusieurs dizaines de millions de francs CFA.

Cette arrestation est la deuxième du genre après l’opération du mois de mai. Les trafiquants seront entendus par les éléments de l’UCT dans la foulée de leur garde à vue de 48heures comme l’exige la loi, avant d’être déférés devant le parquet d’Abidjan Plateau pour répondre de leurs actes devant la loi. Et cette loi n’est d’autre que la loi relative à la faune et à la flore ; Loi Numéro 65-255 du 04 aout 1965, et complétée par la loi Numéro 94-442 du 16 aout 1994 relative à la protection de la faune et à l’exercice de la chasse. Ils risquent gros s’ils sont reconnus coupables. Et encore une fois, cette loi relance l’épineuse question : A quand le durcissement de la législation ivoirienne en matière de la protection de la faune et la flore ? Si rien fait pour dissuader plus d’un de continuer, dans quelques années le pays ne comptera plus de pangolin dans ses forêts et savanes.

On s’en souvient, au lendemain de l’arrestation des trafiquants d’ivoire, le Chef de l’UCT avait promis l’enfer aux trafiquants. Avec cette prise, désormais on peut dire que la guerre entre les autorités et les trafiquants est bel et bien lancée. Au suivant a-t-il rétorqué avec vigueur. Messieurs les trafiquants vous êtes prévus !

Pour rappel, le commerce illégal des espèces sauvages est un crime organisé transnational qui occupe le 5ème rang des commerces illicites dans le monde après la drogue, les armes, le blanchiment et le trafic d’être humain.

 

 

Lutte contre le trafic : Deux trafiquants écopent de 6 mois d’emprisonnement ferme

Reconnus coupables de trafique d’espèces protégées ; deux trafiquants viennent d’écoper de 6 mois de prison ferme ainsi que des amendes. Le délibéré a été vidé par le tribunal de première instance d’Abidjan plateau vendredi 09 juin 2017. Ils sont condamnés pour avoir été en pris flagrant délit de détention illicite et de vente portant sur un bébé chimpanzé et des perroquets. Ces interpellations ont eu lieu grâce à une minutieuse collaboration entre les autorités ivoiriennes et la chaine BBC avec l’appui d’Interpool Côte d’Ivoire.

Pour un agent du Ministère de tutel sous couvert d’anonymat, cette sanction est d’autant plus judicieuse qu’il espère ; freinera les ardeurs sans scrupules des fauteurs. Auquel cas, ils trouveront toujours sur leurs chemins le dit Ministère déterminé  à éradiquer le fléau de trafic nuisible à l’existence d’espèces rares a-t-il conclu avec fermeté.Six mois de prison ferme à la Maison d’Arrêt et de Correctionnelle d’Abidjan (MACA) ainsi qu’une lourde amende portant sur la somme de Trois cent mille de nos francs (300.000 FCFA). Tels ont été les sanctions prises en l’encontre de deux trafiquants reconnus coupables pour trafique d’espèces protégées. En tout cas, c’est lors d’une séance de délibération ténue vendredi au tribunal de première instance d’Abidjan plateau que la sanction est tombée. L’Etat de Côte d’Ivoire  via son Ministère des eaux et forets qui s’est constitué partie civile a demandé une amende symbolique d’un franc CFA. De son côté le procureur de la République avait requis la peine maximale qui est de 12 mois ferme. Peine relative à la loi numéro 65-255 du 04 aout 1965 relative à la protection de la faune et à l’exercice de la chasse.

Cette condamnation est une grande première du genre dans le pays. Elle intervient après que les deux individus tout deux âgés d’une trentaine d’année aient été interpelés à Port bouet, une commune située au sud est d’Abidjan par des unités mixtes composées du Ministère des eaux et forets et Interpool dans l’après midi du premier jour de décembre 2016. Egalement, cette opération a été grâce à une enquête menée par la chaine de Télé Radio anglaise BBC depuis hors de nos frontières. Les trafiquants avaient à leur possession,  deux perroquets et un bébé chimpanzé, deux espèces intégralement protégées. D’après une source concordante proche du dossier, le bébé chimpanzé allait être revendu pour la modique somme de 20.000 dollars américains, soit environ douze millions de francs CFA (12.000Fcfa) lorsqu’ils ont été pris en flagrant délit de circulation, de détention et de vente illicite d’animaux protégés en décembre dernier. Depuis cette date, ils ont été entendus et incarcérés immédiatement. Les deux trafiquants ayant été incarcérés depuis leur arrestation en attendant leur jugement seront mis en liberté nous apprend le parquet car ayant déjà atteint la peine qui leur a été prononcée des dernières 48 heures.

L’ONG Eagle Côte d’Ivoire,  spécialisée dans la lutte contre le trafic d’espèces protégées par la voix de ses premiers responsables se sont réjouis du fait qu’une sentence ait été prononcée. Pour eux, c’est vraiment le symbole de ce que la justice est décidée à frapper fort tout trafiquant qui sera déféré au parquet. Avant d’exprimer leurs gratitudes pour le  Ministère des eaux et forets d’avoir pris  toujours selon eux à bras le corps la lutte contre le trafic d’animaux protégés en Côte d’Ivoire. C’est d’ailleurs cette souciance pour la lutte contre le trafic qui a permis en mai dernier, la première grosse arrestation de trafiquant d’ivoires et d’objets sculptés menée par le Ministère de tutelle et l’unité de lutte contre la criminalité transnationale organisée (UCT) en collaboration avec l’ONG Eagle –Côte d’Ivoire.

 

 

2 trafiquants arrêtés avec une grande quantité d’ivoire et de contrebande de produits faunique !

Lundi 08 mai 2017  dernier aux environs de 16heures, deux trafiquants majeurs ont été mis aux arrêts lors d’une opération mixte de l’UCT (Unité de lutte contre la Criminalité Transnationale organisée), le Ministère des Eaux et Forêt et l’ONG EAGLE, spécialisée dans la lutte contre le trafic internationale d’espèces protégées. Ils ont été pris en fragrant délit de  circulation, détention et commerce de trophées d’espèces protégées. Ce sont ainsi, 40.3kg d’ivoire bruts d’éléphants, 7 peaux de léopard, et 165 objets sculptés d’une valeur de près de 20 millions de FCFA qui ont été saisis lors de leur arrestation. Il s’agit de la première opération de lutte contre le trafic international de la faune en Cote d’Ivoire.

La collaboration entre les autorités ivoiriennes avec l’assistance technique de EAGLE-CI a montré son efficacité avec un résultat impressionnant. Suite à des enquêtes sur ce trafic, 2 trafiquants ont été appréhendés à Abidjan en possession d’une grande quantité de produits de contrebande, de l’ivoire et des peaux d’espèces protégées.

Malgré les lois nationales et internationales protégeant des espèces comme l’éléphant et les léopards, des individus appartenant à des réseaux organisés s’adonne à ce trafic. Le premier, de nationalité ivoirienne, âgé d’une quarantaine d’année, a appris à ces dépends que désormais la répression est en marche alors qu’il s’apprêtait à vendre illégalement 40 kg d’ivoire brut d’une valeur de 10 millions et 7 peaux de léopard représentant 5 millions de Fcfa dans le quartier de Treichville. Après, les équipes d’intervention ont mis le cap sur Cocody pour interpeller là encore un autre trafiquant qui avait en sa possession 165 objets sculptés d’une valeur de 3.885.000 Fcfa. Ensuite, ils ont été conduits au siège de l’UCT et mis en garde à vue.

Ces présumés trafiquants sont impliqués dans un réseau international, ils faisaient passer en contrebande les ivoires d’éléphants à travers les frontières de la sous région, notamment le Burkina et le Mali, un simple appel téléphonique à leurs fournisseurs suffit pour que les ivoires soient embarqués pour Abidjan et c’est ensuite vendu ici ou à l’international

Dans la matinée du Mardi 16 mai Cheikna Soumanou, et Mamadou Ouattara ont été déferrés au parquet après leur garde à vue où ils seront entendus par la juge d’instruction selon les normes judiciaires en vigueur. S’ils sont reconnu coupables, ils encourent jusqu’à 12 mois d’emprisonnement et 300.000FCFA selon la loi N65-255 du 04 aout 1965 relative à la protection de la faune et à l’exercice de la chasse.

Le commerce illégal des espèces sauvages est un crime organisé transnational qui représente 20 milliards de dollars (soit environ 12 milliards de CFA) de profits illégaux chaque année dans le monde, il s’agit du 5ème commerce illégal le plus important dans le monde après la drogue, les armes, le blanchiment d’argent et le trafic d’être humain. Le trafic d’ivoire est également une source de financement pour des groupes terroristes comme Al-Shaabab, la LRA ou les Jenjawids, ce qui leur permet de continuer à déstabiliser des régions entières du Continent Africain.